NanterreReseau.Info

Accueil > Politique > Appel à manifester le samedi 12 Avril contre la politique d’austérité et donc (...)

Appel à manifester le samedi 12 Avril contre la politique d’austérité et donc pour l’abandon du pacte de responsabilité.

mercredi 9 avril 2014, par La Rédaction

Les organisations syndicales et politiques sur les Hauts de Seine,
CGT, SOLIDAIRES, SUD PTT, NPA, PCF et Parti de Gauche décident
de s’inscrire dans l’appel à manifester le 12 Avril contre la politique d’austérité et donc pour l’abandon du pacte de responsabilité.

TOUS A LA MANIFESTATION le samedi 12 AVRIL
RÉPUBLIQUE – NATION 14h00

Nous voulons faire de cette manifestation du 12 Avril un point d’appui :

POUR chercher à élargir la prise de conscience de la nécessité vitale de se mobiliser afin de briser le pacte de responsabilité passé entre le gouvernement et le MEDEF,

POUR générer de nouveaux appels à la grève à l’initiative des organisations syndicales car il est absolument nécessaire de donner des suites interprofessionnelles et nationales aux grèves et manifestations du 18 Mars,

POUR amplifier les luttes existantes, contribuer à faire émerger de nouvelles luttes revendicatives dans le département

Le bilan social des 2 années écoulées est désastreux pour le monde du travail : persistance du chômage à un haut niveau (5 millions de chômeurs), bas salaires et augmentation de la pauvreté, ANI de Janvier 2013 transformé en loi en Juin 2013 pour faciliter les licenciements, réduire les droits des salariés et de leurs CE à s’y opposer ; Allongement de la durée de travail à 43 années pour avoir droit à la retraite, crédits d’impôts et cadeaux fiscaux par dizaines de milliards accordés aux entreprises et leurs actionnaires (CICE ; CIR), mais des augmentations de la TVA pour tous les autres, attaques contre le droit au repos dominical, encouragement à la répression antisyndicale en l’absence de vote d’une loi d’amnistie, ...etc.etc.

La continuité par Hollande de cette politique de droite menée sous Sarkozy a été lourdement sanctionnée dans les urnes les 23 et 30 Décembre : le PS perd 150 villes de plus de 9000 habitants, c’est un désaveu cinglant pour ce parti au pouvoir, une déroute électorale sans précédent, jamais vue dans l’histoire de notre pays et dont la profondeur correspond à l’ampleur des reniements et renoncements du gouvernement à mener une vraie politique de gauche qui s’attaque aux privilèges du capital défendus par le MEDEF.

L’action syndicale est indispensable : s’il y a une leçon essentielle, à tirer du scrutin municipal, c’est bien celle là. Et ce qui en apporte la preuve, c’est le refus de Hollande de tenir compte de la sanction infligée. Au lieu d’entendre l’électorat de gauche lui rappeler qu’il a été élu pour mener une politique de gauche, qui s’attaquerait donc à la finance, aux privilèges du capital, il confirme et renforce le cap à droite en nommant Valls 1er Ministre. Ainsi, Hollande totalement dévoué à la cause du MEDEF et aux intérêts du grand patronat a donc décidé de persister dans la même voie, et il entend faire encore pire que ce qui a aggravé la crise économique depuis deux ans. Il faut réagir et riposter ! Reprendre la rue et se mobiliser dans la grève et la manifestation ! Tant que les intérêts du capital ne se sentiront en effet pas menacés, et leurs privilèges remis en cause, contestés par l’action collective de masse des travailleuses et travailleurs engagés dans la grève et la manifestation, il ne peut y avoir de changement positif.

Nous appelons les salariés, retraités et chômeurs
à manifester très nombreux et tous ensemble le 12 Avril

Parce qu’il faut le dire plus fort : "maintenant ça suffit !" Assez d’austérité et de cadeaux au patronat. L’heure est à l’action collective. Le carton rouge infligé au PS par les électeurs et qui a sorti nombre d’élus de ce parti des directions municipales de 150 villes ne fait pas pour autant rentrer sur le terrain les choix revendicatifs des salariés mais elles ramènent au pouvoir par contrecoup les élus de droite, tout autant dévoués au MEDEF que ceux du PS. Le refus de l’injustice sociale que traduit cette sanction électorale méritée, doit maintenant, s’il veut être entendu, se traduire par l’action revendicative de masse.
Parce que c’est la Sécurité Sociale qui est en jeu. Aucun travailleur ne peut imaginer qu’il y aura plus de sécurité pour lui s’il laissait détruire la Sécurité Sociale comme le projette pourtant le gouvernement avec son pacte de responsabilité Hollande - MEDEF. Le 12, nous dirons NON à la suppression des cotisations sociales Famille payées par les entreprises, NON au démantèlement de la Sécurité Sociale qui subirait l’amputation de sa branche Famille, Non à la suppression des 30 milliards de cotisations sociales Famille.

Parce que la continuité par Hollande de la politique de Sarkozy, cette politique de cadeaux au patronat aggrave le chômage et la misère, enfonce le pays et le monde du travail dans une crise économique sans précédent. Il faut la briser. Il faut rompre avec l’austérité pour casser l’emprise de la démagogie du FN qui prospère sur le désespoir et le sentiment d’impuissance générés par une alternance politique qui ne débouche sur aucune alternative économique.

Parce que les salariés doivent être convaincus qu’ils ont entre leurs mains la possibilité de sortir de la crise. C’est la satisfaction de leurs revendications qui permettra d’en finir avec la crise économique actuelle, une crise qui justement s’aggrave parce que gouvernement et patronat et à leur suite les directions d’entreprise, s’arcboutent pour toujours refuser de satisfaire les revendications salariales alors qu’elles acceptent sans cesse de dire oui aux prétentions patronales.

Satisfaire les revendications du monde du travail, c’est nécessaire pour sortir de la crise. L’augmentation des salaires, pensions et indemnités, l’augmentation des cotisations sociales patronales sont indispensables pour revaloriser le pouvoir d’achat de millions de salariés, retraités et chômeurs, ce qui par là même ré-ouvrira des débouchés pour les entreprises et relancera la création d’emplois. Parallèlement à cette relance salariale, sont tout autant indispensables de nouveaux droits pour les salariés, leurs Comités d’Entreprise et leurs organisations syndicales, des droits d’intervention, de proposition et de veto pour préserver et développer l’outil de travail, s’opposer aux fermetures d’entreprises, aux délocalisations, aux licenciements, au saccage des emplois et des acquis sociaux dictés par la soif de profits des actionnaires.

Satisfaire les revendications du monde du travail c’est possible en tapant dans les profits capitalistes. Aujourd’hui 25% des richesses créées par le travail partent dans les poches des actionnaires et cette part ne cesse d’augmenter. La part des salariés dans la richesse créée, a reculé de 10 points environ à mi-chemin des années 80, et permet aux actionnaires de confisquer chaque année 100 milliards supplémentaires. En 1981, la masse des dividendes versés représentait 10 jours de travail salarié alors qu’en 2012, elle en représente 45 jours ! Les 200 milliards d’argent public versés sans contrôle ni contreparties aux entreprises, les 60 à 80 milliards représentant la fraude fiscale pratiquée par les multinationales, la fiscalité actuelle trop favorable aux grandes fortunes aux niches fiscales et paradis fiscaux : voilà autant de possibilités d’aller chercher l’argent pour l’emploi et les salaires, nos services publics et notre Sécurité Sociale.

Parce que le 12 Avril sera un moment de convergences de luttes qui permettra d’affirmer : oui, l’alternative c’est l’action revendicative ! Enseignants et personnels d’animation en grève contre le décret sur les rythmes scolaires ; Inspecteurs du Travail en grève contre la réforme Sapin ; Postiers en grève, à Rueil et ailleurs contre les restructurations ; Personnels Hospitaliers et de l’Action Sociale (PMI) mobilisés pour obtenir des moyens, stopper le démantèlement de leurs services ; Retraités mobilisés pour la revalorisation de leurs pensions. Salariés en grève ici et là pour des augmentations de salaires. C’est le moment de se retrouver au coude à coude, solidaires dans nos luttes pour faire du 12 Avril une étape utile pour renforcer les convergences d’action revendicative.

Inscrivez-vous à NanterreReseau en envoyant votre demande a l’adresse :
NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr