NanterreReseau.Info

Accueil > Télévision > Contre les restrictions budgétaires à France Télévisions, quatre syndicats ont (...)

Contre les restrictions budgétaires à France Télévisions, quatre syndicats ont appelé à la grève mardi 18 décembre.

lundi 17 décembre 2012, par La Rédaction

Comme s’il n’avait pas déjà assez d’ennuis, Rémy Pflimlin voit se dresser devant lui un front syndical, de la CFDT à la CGT, appelant à la grève demain, mardi 18 décembre. Les syndicats dénoncent les restrictions budgétaires fortes que l’État actionnaire fait subir à France Télévisions et s’en prennent à son P-DG sur sa manière de les conduire.
"Rémy Pflimlin s’attaque aux programmes et aux salariés", clame le front syndical dans un communiqué aux terribles accusations concernant le déploiement du "grand" Soir 3 sans moyens supplémentaires, tout comme les investissements insuffisants pour déployer France Télévisions dans les Dom sur la TNT. "Au siège, les salariés subissent des fusions de services irrationnelles, en attendant celle des rédactions", dénoncent les syndicats, qui évoquent également la suppression des éditions locales d’information.
Comment Rémy Pflimlin pourrait-il faire autrement, puisque la tutelle et la conjoncture publicitaire morose amputent ses ressources de près de 150 millions d’euros l’an prochain ? Les contrats précaires ne sont pas renouvelés. Ce qui, aux yeux des syndicats, est assimilé à "un plan de licenciements qui ne dit pas son nom et qui pourrait dépasser 1 000 suppressions de postes d’ici 2015".
Les syndicats ont été échaudés par l’échec des négociations sur la nouvelle convention collective des personnels techniques et administratifs, qui a conduit Rémy Pflimlin à adopter des mesures unilatérales depuis début novembre. Les syndicats exigent la reprise des négociations et le gel des économies avec la préservation des emplois précaires. Il y a peu de chances que leurs revendications soient entendues, puisque le Parlement est en train d’adopter la réduction de la dotation budgétaire de France Télévisions (86 millions d’euros, compte tenu de l’augmentation parallèle de la redevance).
La situation dramatique amène les dirigeants de France Télévisions à prendre des mesures sévères, en particulier sur les programmes. Les rediffusions vont se multiplier. Toutes les émissions de deuxième partie de soirée de France 3 sont supprimées à compter du mois de mars. En lieu et place, à coût constant, le Soir 3 s’étendra jusqu’à minuit à partir d’environ 22 h 40. Ce qui se traduit donc par la suppression du deuxième film le jeudi, du documentaire le lundi, des magazines du mercredi, etc. La grogne s’est fait sentir, cette semaine, du côté des producteurs du SPI, qui ont fait part de leur "impression désastreuse du passage en force de Rémy Pflimlin". Piqué au vif, celui-ci les a recadrés, qualifiant d’"inacceptables" et d’"irresponsables" ces reproches, et invitant les producteurs à "dépasser leurs intérêts particuliers au profit de l’intérêt général".
Entre-temps, la ministre de la Culture s’est rangée du côté des producteurs, désavouant le patron de France Télévisions.

(17 Décembre 2012 - Avec les agences de presse)

Inscrivez-vous à la liste de diffusion du site en envoyant votre demande à l’adresse :
NanterreReseau-subscribe@yahoogroupes.fr